La Technique F.M Alexander : « Diriger sa tête, guider son corps, mener sa vie »

Comme vous le savez peut-être, le Pilates travaille sur une amélioration de la posture à travers des exercices de renforcement des muscles profonds et posturaux en vue de limiter le mal de dos, les troubles musculo-squelettiques et autres tensions etc...

Il y a beaucoup d'approches et de méthodes très différentes qui viennent parler de posture : il n'y en a pas une meilleure que l'autre mais c'est toujours intéressant de piocher dans ces différentes approches qui ont souvent des similitudes mais des manières différentes d'aborder le sujet. Parmi ces approches, j'ai découvert la Technique Alexander.



Cette méthode a pour but de nous connecter « consciemment » avec nos sensations profondes, nos ressentis corporels. Plus je découvre cette méthode plus je la trouve intéressante pour venir lier l'aspect cérébral, l'alignement postural, le ressenti émotionnel et le rapport corps/espace (proprioception). «Prendre soin de nous à travers toutes nos activités , professionnelles, artistiques, sportives et quotidiennes, et nous épanouir : tel est la proposition de la Technique Alexander » - C. de Chevilly (auteur de La Technique Alexander)



> Concrètement qu'est-ce que la Technique Alexander ?

A travers des ressentis simples (la façon de s'asseoir, de bouger, de se tenir debout, de respirer...), on vient relever les éventuelles tensions dans le corps. Une fois ces tensions relevées (accompagner par un instructeur ou pas), l'idée est de venir exécuter des mouvements simples pouvant s'exercer dans le quotidien afin de redonner au corps plus de légèreté et par la-même : libérer les tensions, retrouver une respiration consciente, bouger sans effort et être plus présent en général dans nos mouvements.

C'est une technique qui s'intègre dans le quotidien donc demande de la patience, requiert une vraie volonté d'apprendre sur Soi. Cette Technique permet de sortir de nos schémas de pensées, d'éveiller notre cerveau et notre corps, d'être plus présent à dans nos gestes... La société actuelle occidentale et sédentaire dans laquelle nous sommes pousse l'Homme au-delà de ses limites en permanence, à aller toujours « plus haut, plus fort, plus vite jusqu'au bout de l'extrême limite » (petite dédicace à la génération 90) pour au final atteindre l'état de non-retour amenant à : la dépression, au burn-out, aux troubles musculo-squelettiques, à la mauvaise gestion des émotions et de vies vécues « à moitié ». En appliquant les principes « simples » (mais pas si évidents finalement) de la Technique Alexander, on vient travailler sur un aspect préventif mais aussi curatif en vue de limiter tous ces maux cités plus au-dessus. > Comment est née la Technique Alexander ?

« Cette histoire de sensibilité, d'intelligence et de persistance, qui est celle d'un homme sans aucune formation médicale, est l'une des vraies épopées de la recherche et de la pratique médicale » - Nikolas Tinbergen, prix Nobel de médecine 1973

« Frederick Matthias Alexander est né en 1869 en Tasmanie. Il étudie et enseigne l'expression, la gestuelle et la vocalisation dans l'art dramatique. Alors que grandit sa renommée en tant que professeur d'élocution et récitant des monologues de Shakespeare, il commence à ressentir une faiblesse sur les plans respiratoire et vocal. De plus, il constate que son état de santé général se détériore. »

Son « parcours du combattant » démarre alors. Il va voir des spécialistes de l'appareil vocal, des médecins émérites dans leur domaine pour, au final, ne trouver aucune cause évidente. En plus de son « parcours » médical, Alexander commence à s'observer attentivement. Il se place devant des miroirs et se rend compte qu'au moment d'inspirer il renverse systématiquement sa tête en arrière. De tout évidence, cette « mauvaise » habitude a un effet sur son dos et sa stature. C'est alors qu'il décide de « corriger » ces habitudes en passant de l'auto-observation à la mise en place du « contrôle primaire » ( l'influence de l'orientation de la tête dans l'espace sur l'extension et la souplesse de la colonne vertébrale) : la Technique Alexander est née.

> Comment j'ai commencé à appliquer la Technique de façon autonome dans ma propre vie ?

En me dirigeant sur le site de l'Associations des Professeurs de la Technique Alexander, je n'ai malheureusement pas vu de professionnels présents sur Toulouse pour découvrir cette méthode en direct. Je me suis donc documentée et j'ai commencé à mettre en place certain principe que j'ai appliqué sur moi-même puis que j'ai doucement transmis dans mes cours. L'une des choses que m'a fait prendre conscience la Technique Alexander c'est des tensions récurrentes que j'avais au niveau des cervicales et trapèzes (en plus d'une tendinopathie à l'épaule qui revient de temps en temps) lorsque je me trouvais dans certaines positions. Notamment là maintenant, entrain d'écrire cet article assise sur mon canapé. Je me suis arrêtée un jour en observant ma position : j'ai senti que mon cou tirait en avant vers l'écran d'ordinateur et que mes épaules pouvaient monter (pour plus tard venir tirer dans mes trapèzes et réveiller une tension dans l'épaule).

J'ai intégré cette information et j'ai laissé les choses se mettre en place. A savoir que maintenant à chaque fois que je regarde un écran d'ordinateur ou même TV, je vais repositionner ma tête (en imaginant un fil au dessus de ma tête qui s'étire vers le ciel) et glisser mes omoplates vers les lombaires. Je fait également ce travail lorsque je regarde mon téléphone portable avec la tête un peu trop en avant (comme la majorité des personnes). Depuis que j'applique ces petites corrections au quotidien j'ai senti une nette amélioration dans mes tensions. Je ne me bloque plus les cervicales aussi souvent (cela fait même plusieurs mois) et mes trapèzes sont beaucoup moins activés. Cela a également amélioré la mobilité de mon épaule « fragile » et m'a permis de continuer à la travailler régulièrement tout en faisant plus attention au ressenti des mouvements que je fais. Ce que j'ai aussi trouvé très intéressante dans cette méthode c'est qu'elle nous amène à nous poser les bonnes questions en se basant sur nos ressentis profonds. On laisse d'abord parler l'Inconscient (l'intuition) pour aller vers le Conscient (le cérébral, les pensées). Cela nous rend donc totalement ACTEUR de notre changement pour une méthode et des outils que nous mettrons tranquillement en place dans le quotidien et l'intégrer totalement dans notre vie. J'applique déjà ces principes avec le Pilates et le Yoga en amenant les élèves à devenir curieux et ne pas juste faire les exercices de façon « automatique » mais avec une envie de prévenir les tensions, les maux récurrents etc... en appliquant aux quotidiens des petites corrections qui peuvent changer tellement de choses finalement dans notre vie ! Par exemple : en ce moment je les invite à se brosser les dents en équilibre sur un pied (yeux ouverts et yeux fermés) de façon à travailler équilibre et proprioception un peu tous les jours sans l'excuse du fameux "j'ai pas le temps".





C'est par les petites victoires quotidiennes que l'on peut vraiment opérer un changement intérieur durable et profond mais cela demande régularité, patience, curiosité, humilité. Il n'y a pas de secret finalement dans cette Technique à part, à un moment, accepter de se regarder dans le miroir comme l'a fait F.M Alexander avec curiosité, bienveillance et beaucoup d'amour pour soi-même. « Soyez prêt à avancer et disposé à attendre » F.M Alexander


Laurianne MARTINI

Source : La Technique Alexander de Catherine de Chevilly

Retour en Haut